L’acoustique du home-studio (7ème) : disposition du studio et des traitements

Posted on novembre 1, 2011

10



Ce billet fait partie d’un dossier de 7 posts consacrés à l’acoustique du home studio :
Nous voici presque au terme de ce dossier consacré à l’acoustique du home studio. Il ne nous reste plus pour finir qu’à voir plus en détail le placement des moniteurs et des traitements afin que la disposition soit la plus efficace possible acoustiquement parlant.

1) Quelques rappels sur le placement des moniteurs

Bien placer ses moniteurs revient à trouver la position qui minimise les effets des modes dans la pièce. Pour ce faire, plusieurs recommandations sont largement admises :
  • les moniteurs doivent émettre leur signal sur la longueur de la pièce, afin de réduire et de retarder l’effet des réflexions revenant du mur arrière vers le point d’écoute.
  • ne pas coller les moniteurs aux murs arrières afin d’éviter le filtrage en peigne. Ce dernier nait de la superposition du son direct avec le son réfléchi par le mur arrière qui arrive quelques millisecondes plus tard. Certaines fréquences présenteront une opposition de phase si l’ordre de grandeur de la longueur d’onde équivaut à la distance mur/moniteurs. De plus, cela se traduit par une accentuation artificielle des basses. Leur longueur d’onde étant importante, ventres et creux du son direct se superposent à ceux des réflexions (rappelez-vous que le rayonnement des basses est particulièrement omnidirectionnel, au contraire des aiguës).
Note : Certains concepteurs de studio affirment qu’il est préférable de placer les moniteurs au nombre d’or de la longueur de la pièce, soit à une distance du mur arrière égale à 38% de la longueur totale de la pièce. (ex : votre pièce fait 10 mètres de long ; placer les hauts parleurs à une distance de 3.80m). D’autres estiment que c’est un mythe.
  • éviter à tout prix de les disposer dans les angles, au risque d’une présence de basses exagérée. Si pour des raisons pratiques, vous n’avez pas la possibilité d’éloigner vos enceintes du mur ou des angles et que vos moniteurs disposent de filtres intégrés, utilisez-les pour réduire les basses (jusqu’à -7dB selon les cas). De l’absorption judicieusement située sur le mur arrière permettra de minimiser les problèmes liés à l’emplacement.
  • veillez respecter une symétrie entre les hauts-parleurs et les murs : les distances entre chacun des moniteurs et les murs latéraux doivent être égales, au risque de compromettre l’image stéréo. En effet, un effet de précédence (décalage temporel des premières réflexions venant d’un mur latéral par rapport à l’autre) risque de se produire. Je rappelle que la perception de l’origine spatiale du son doit autant aux intensités relatives gauche/droite qu’à l’intervalle de quelques millisecondes que met le signal pour aller d’une oreille à l’autre (effet Haas).

2) placement des traitements absorbants

Les surfaces absorbantes doivent être placées avec circonspection. Cette étape est soumise à deux facteurs principaux :
  • le trajet des ondes dans la pièce
  • la position d’écoute

Éliminer les premières réflexions au point d’écoute.

L’idée est de réussir à créer une zone exempte de premières réflexions autour du point d’écoute principal. De nouveau, on ne cherche pas à rendre la pièce totalement absorbante : le but est de contrôler les réflexions, neutraliser les modes et de réduire et d’homogénéiser le temps de déclin de la réverbération sur l’étendue du spectre (les mesures nous ont montré que les basses ont par défaut un déclin plus long, a fortiori dans des petits espaces).
On recherchera pour ce faire les premiers points de réflexion situé à gauche, à droite et au plafond afin d’y disposer les traitements absorbants. Placez-vous le long du mur à traiter : le point central du traitement sera situé à l’endroit où le tweeter du haut-parleur devient visible.

Placement des hauts-parleurs sur la longueur

Matériaux absorbants : des solutions inégales

Les mousses acoustiques du commerce sont simples à mettre en oeuvre et assez populaires chez les débutants. De coût modéré  (il s’en vend en kits prêts à installer), elles permettent de faire des corrections en un temps minimum. Auralex est le fabricant le plus connu. Thomann, sous sa marque propre T-Akustik, distribue des traitements absorbants à des prix très compétitifs également. Cependant, je ne recommande pas les mousses acoustiques en home studio car leur efficacité se limite aux mediums/aigus alors que les pièces de taille modeste nécessitent des traitements efficaces jusque dans le grave. Avec des mousses acoustiques, vous réglerez les problèmes d’écho, mais assombrirez la réponse fréquentielle sans traiter les fréquences vraiment problématiques dans les petits espaces : les graves !
Un autre choix très prisé, plus efficace et plus économique revient à fabriquer soi-même des panneaux absorbants large bande, en disposant à l’intérieur d’un cadre en bois des rectangles de laine de verre, de laine de roche ou de laine de chanvre (pour ceux que l’environnement et la santé préoccupent !), le tout recouvert de tissu. Les panneaux seront de grandes dimensions afin d’absorber les basses qui sinon contournent l’obstacle par diffraction.
Pour moins de 300€, vous aurez tous les matériaux nécessaire pour traiter votre pièce. De nombreux tutoriels existent pour en fabriquer. En voici un. Par ailleurs, des firmes telles que EQ Acoustics et Primacoustic commercialisent ce genre panneaux.
Enfin, du mobilier tel que des fauteuils ou des canapés amélioreront sensiblement l’acoustique car leur épaisseur et leurs dimensions en font des candidats idéals pour le bass trapping.

Traiter la totalité du mur situé derrière les moniteurs.

Cela a plusieurs effets positifs : l’image stéréo s’en trouve améliorée car cela évite les interférences avec les murs les plus proches, surtout si vous n’avez pas pu éloigner vos moniteurs autant que souhaité. En laissant l’autre mur réfléchissant, on obtient la disposition bien connue de LEDE (Live End Dead End : face absorbante, face réfléchissante) qui représente souvent le point de départ des stratégies de correction acoustique. Son principal avantage est de tuer dans l’oeuf les mauvais échos qui peuvent se manifester entre les deux murs parallèles dont l’un reçoit le son direct des hauts parleurs.

Traiter angles et coins avec des pièges à basses (bass traps)

Si vous avez fait des mesures à plusieurs endroits de votre pièce, vous aurez remarqué que la réponse pouvait différer sensiblement, en particulier dans les basses fréquences. Les ondes graves se concentrent à proximité des murs et particulièrement dans les coins de la pièce. Ces derniers doivent être traités, autant que faire se peut, à l’aide de piège à basses. Les bass traps du commerce ont l’avantage d’être performants malgré des dimensions réduites. Ils sont destinés, comme leur forme le laisse deviner à s’insérer dans les coins de la pièce. Attention cependant, les bass traps en mousse (voire illustration) sont peu efficaces en-dessous de 200 Hz.
Si votre pièce est petite, le contrôle des basses ne s’arrêtera pas là. Il n’y a jamais trop de bass trapping. En plaçant les panneaux absorbants à large bande aux jonctions mur/mur et mur/plafond, ceux-ci joueront le rôle de bass trap en sus.

Le sol et le plafond : des surfaces à considérer.

Plus haut, nous avons absorbé les premières réflexions provenant du plafond. Mais qu’en est-il du sol ? Mettre une bonne grosse moquette, ne serait-ce pas la panacée ? Non. Comme nous l’avons vu dans le billet précédent, les coefficients d’absorption de la moquette montrent que les aiguës sont extrêmement absorbés. Une moquette étant en général destinée à recouvrir toute la pièce, le risque existe que les aiguës deviennent sous-représentés dans le son diffus de la pièce, ayant pour effet un son sourd et des prises de son trop « mates ». Un tapis en-dessous de la zone d’écoute peut en revanche avoir des effets bénéfiques, en particulier si le plafond n’est pas très haut.
Pour les prises de son, un plancher réfléchissant n’est pas une gène, au contraire. Notre cerveau trouve plus naturel le son direct auquel s’ajoute les réflexions du sol que le seul son direct. Le timbre en est enrichi et le confort de jeu du musicien amélioré. Ceux qui ont déjà pratiqué un instrument en plein air savent de quoi je parle, l’impression de n’avoir « pas de son ».
En somme, vous pouvez conserver une partie de la pièce plus réfléchissante dans laquelle vous ferez vos prises de son ou pratiquerez votre instrument. Cela semble être un bon compromis

3) Améliorer l’efficacité des traitements absorbants :

Quelques conseils afin d’optimiser un peu plus l’emploi des traitements absorbants :
  • éloigner les traitements du mur pour conjuguer absorption par matériau poreux et par panneau, comme vu à la fin du billet précédent. Dès 5 cm d’écartement entre le panneau et le mur, l’action sur l’absorption des basses est spectaculaire.
  • plus le plafond est bas et plus y placer des traitements absorbants sera bénéfique. Cela donne la sensation que le plafond est plus haut en réduisant les réflexions précoces qui en sont issues.

Portes, fenêtres, niches et autres :

Une fenêtre réfléchit la quasi intégralité des aiguës. Il sera bon de placer devant elle un rideau lourd ou un panneau absorbant encastré (ou sur pied éventuellement). De même, vous pouvez fixer à même la porte des traitements absorbants si vous pensez que celle-ci risque de compromettre la symétrie de votre pièce (porte sur un des côtés du point d’écoute) ou de favoriser un mauvais écho. Devant toute niche ou ouverture, pendez une tenture ou placez à l’intérieur des matériaux absorbants (un dressing peut faire un excellent piège à basses).

Conclusion

Nous sommes au terme de ce dossier consacré à l’acoustique. Le but était de prendre conscience que faire du son dans une pièce non traitée reviendrait pour un graphiste à faire de la retouche photo en plein soleil, puis d’indiquer la marche à suivre pour ceux qui ne sont pas familiers de l’acoustique. Avec un minimum d’informations et un peu d’engagement, il est possible d’améliorer considérablement l’acoustique de son espace de travail.
Par ailleurs, c’est maintenant un exercice intéressant que d’observer des photos de studios professionnels et d’en déduire la stratégie de correction acoustique. Certaines propositions peuvent surprendre. Le site du designer de studio Russ Berger est un bon point de départ !
Comme d’habitude, corrections, remarques, critiques, suggestions voire encouragements sont les bienvenus !
Si vous ressentez le besoin d’assistance pour obtenir le meilleur de votre espace et de votre matériel, je vous invite à prendre connaissance de mon offre et à me contacter.
Publicités
Posted in: Acoustique, Apprendre