Interview vidéo de Sacha Gattino, chercheur de sons

Posted on septembre 22, 2010

5



Cela faisait longtemps que j’y pensais et c’est aujourd’hui un grand plaisir de vous présenter sur ce blog Sacha Gattino. Sacha est designer sonore, bien qu’il se définisse lui-même plutôt comme « chercheur de sons » car l’expérimentation est en effet toujours au centre de sa démarche, qu’il s’adresse au Web, au théâtre, au cinéma ou à l’environnement urbain.
Nous nous sommes rencontrés via l’association « designers interactifs » il y a de cela 3 ans environ, et la finesse du travail sonore de Sacha, son originalité, son intelligence des rapports entre le sonore et l’image, la narration, l’interaction ou encore le scénario m’avait déjà fait une forte impression. Son passé protéiforme (danse classique, beaux-arts, photographie) n’y est pas étranger. Cela nourrit son travail de créateur sonore, l’élargit en quelque sorte, l’ouvre sur des territoires d’écriture sonore que des musiciens de formation plus classique ne penseraient pas à explorer.
Sacha et moi partageons une passion pour les musiques ethniques, car dans les sociétés traditionnelles, le son et la musique ont conservé une fonction rituelle qui a beaucoup à apprendre au design sonore, tel le rapport au silence que Sacha a observé dans les musiques traditionnelles du Japon. Il y fait d’ailleurs écho dans la façon dont il a conçu les listes de lecture pour les magasins du créateur de mode Issey Miyake, en y insérant des plages de silence à intervalle régulier.
Dans les sociétés modernes, la fonction rituelle de la musique s’est effacé au profit de la seule fonction « spectaculaire » : la musique prend place sur un espace dédié, la scène,qui scelle de manière spatiale la séparation entre l’auditoire et les musiciens. Or, tout comme chaque habitant d’un village africain reculé se retrouve lui-même acteur du rituel par le chant et la danse, l’utilisateur d’un objet, d’une interface, d’un espace se retrouve dans un rapport actif avec eux. Quand Sacha dit qu’il veut faire d’un site internet un « instrument », il insiste pour que se fasse cette appropriation, que ce soit sur un mode ludique ou exploratoire.
Le site du projet « duo pour 13 mots et un paysage » de Karine Lebrun que j’ai découvert via le blog de Sacha, m’a donné envie de faire cette interview. Cette oeuvre, qui est le récit ou plutôt l’exploration poétique d’une rencontre entre un écrivain et une lectrice (qui se trouve être elle-même artiste-vidéaste), est une merveille d’écriture interactive, à laquelle le travail sonore de Sacha participe beaucoup. Je vous invite vivement à prendre le temps de la parcourir. Ce genre d’expérience est suffisamment singulière sur le web pour mériter que l’on s’y attarde.
Voici donc les trois parties de l’interview de Sacha, son parcours, la présentation du projet puis une visite commentée par lui au sein du site de « duo pour 13 mots et un paysage« .
Par ailleurs, une rencontre  aura lieu ce vendredi 24 septembre à Paris. Vous pourrez y croiser les artistes et sans doute l’auteur de ces lignes.
Infos pratiques :
 

Vendredi 24 septembre 2010 à 19h,
rencontre avec Karine Lebrun (artiste) et Christine Lapostolle (écrivain),
Galerie G, Paris.

A l’occasion de la mise en ligne du film
Duo pour 13 mots et un paysagehttp://www.13mots.com
de Karine Lebrun

Duo pour 13 mots et un paysage est une rencontre entre un lecteur et un écrivain.
Duo qui s’interroge en 26 séquences et 13 mots sur les possibilités d’action et de résistance qu’offrent l’écriture et la littérature aujourd’hui.

Partenaires
Avec la participation du ministère de la culture et de la communication – Dicréam.
Avec le Groupe Regart.net/Web flash festival – Résidence de création 2010.
Avec la contribution de l’art au Garage pour l’accueil à la Galerie G.

Accès
Galerie G / 23, rue des Lilas 75019 Paris
métro : Place des fêtes (ligne 11 et 7bis)

Infos

 

Publicités
Posted in: Ecouter, Vidéos