10 conseils pour faire du design sonore un atout de votre projet Web

Posted on juin 19, 2010

1



Le son, encore souvent considéré comme parent pauvre de la création interactive, a pourtant beaucoup à offrir et constitue toujours un élément de différenciation fort. Voici 10 conseils qui vous permettront de cerner les enjeux, possibilités, avantages et écueils relatifs au design sonore.

1) Adapter la stratégie sonore au type de site visé

En fonction du type de site que vous allez être amené à créer, les enjeux et la cible vont déterminer l’importance et la place du son.
Sur les sites de type « expérientiel » (mini-site, site promotionnel, site vitrine, jeux…), il sera possible d’exploiter tous les attraits du son : immersion, contenu musical sémantiquement fort, interactions riches, synchronisation avec les animations.
En revanche, sur les sites dont l’activité de l’internaute est davantage orientée vers la réalisation d’un objectif tel que la recherche d’informations, il est préférable de gérer le son de manière plus discrète afin de le faire participer à la qualité de l’expérience utilisateur. Alertes et notifications au moyens d' »earcons » (icônes sonores), feedback auditif sur les actions de l’utilisateur, représentations sonores de données seront dans ce cas les pistes à privilégier.

2) Maintenez un niveau de cohérence global à l’aide d’une charte sonore adaptée

Avant de rentrer dans la production de sons/musique pour un site, il est impératif de se poser les questions suivantes :
– l’univers de cette marque, de ce produit ou de cette société est-il déjà associé à un environnement sonore particulier ? Dans ce cas, on tiendra compte de ce qui a été fait par le passé, afin de maintenir une certaine homogénéité.
– dans le cas d’une campagne plurimédias, quels choix créatifs au niveau sonore ont été faits pour les autres médias ? Là aussi, une communication sonore homogène constituera un gage d’efficacité supplémentaire.
Si vous avez toute latitude sur votre projet, alors vous pouvez confier à un designer sonore la création d’une charte sonore. Celle-ci devra traduire sur le plan sonore les valeurs de la marque en accord avec l’univers imaginé par la direction artistique interactive. Elle explicitera les orientations et les contraintes relatives aux aspects sonores dans un document de référence : choix musicaux, matériau sonore, signalétique, profils dynamiques, contraintes de mixage, utilisation de la voix y seront détaillés selon les cas.

3) Utilisez le son pour communiquer sur le terrain de l’émotion

« Le pouvoir de la musique commence là où s’arrête celui des mots » nous dit Richard Wagner.
Le son et plus particulièrement la musique sont les vecteurs par excellence de l’émotion : la bande originale qui donne à un film toute sa puissance dramatique, les mots apaisants d’une voix familière, la mélodie qui se fait l’écho d’une époque regrettée… Si votre type de site le permet, ne vous privez pas de tirer parti de la puissance évocatrice de la musique. Utilisée à bon escient, à des moments clés et avec parcimonie,  l’impact en sera démultiplié.

4) Donnez de la voix à votre site

N’hésitez pas à humaniser votre site en faisant usage de la voix : interview des membres d’une équipe ; podcasts réguliers pour un blog ; assistance vocale… Les utilisations de la voix sont nombreuses et pourtant peu développées. Elles offrent l’avantage de s’accommoder sans problèmes de conditions de visibilité nulle ou faible (en déplacement, luminosité importante) et d’offrir une communication plus riche de sens. La voix transmet en effet bien plus que les mots prononcés : personnalité, état d’âmes, émotions, humour… La voix peut enrichir la relation qu’ont les utilisateurs avec votre site.

5) Sortez du paradigme boucle + sons d’interface

Jusqu’à une période récente, l’habillage sonore des sites reposait presque toujours sur le même modèle : fond sonore en boucle agrémenté de quelques sons d’interface. On peut cependant aller bien plus loin aujourd’hui : l’environnement technologique des outils auteurs ainsi que les modalités d’interaction des sites ouvre un espace bien plus grand pour la création sonore. Les stratégies à l’œuvre depuis quelques années déjà dans le jeu vidéo trouvent un nouveau terrain d’application sur Internet : construction de paysages sonore multi-couches, univers sonores semi-aléatoires, musique adaptative suivant de manière fluide le parcours de l’utilisateur, synthèse sonore temps réel, signalétique sonore, effets d’anticipations, complémentarité image/son. Un designer sonore associé à un développeur actionscript peuvent apporter à votre site une expérience sonore interactive originale et innovante ! Découvrez les réalisations d’André Michelle (lab.andre-michelle.com), afin de vous faire une idée des chemins que prend aujourd’hui la création sonore sur Internet.

6) Le silence est d’or

Le mieux est l’ennemi du bien. Quand la question (inévitable) se pose si telle partie du site ou telle situation nécessite du son, il est possible que la négative s’impose. A raison : le silence est au design sonore ce que le vide est au design graphique : il permet de concentrer l’attention là où elle est nécessaire et d’éviter les surcharges cognitives. Un juste dosage présence/silence fera en sorte que le son ne soit pas perçu comme intrusif, mais comme une modalité sensorielle dont l’utilité et la valeur ajoutée sont évidentes.

7) Veillez à ce que la technologie du site puisse prendre en charge les choix créatifs sonores

N’y allons pas par quatre chemins : aujourd’hui, même si elle n’est pas la seule technologie permettant de manipuler le son sur le web, la technologie Flash d’Adobe reste le scénario le plus courant. Son principal avantage, outre sa popularité ? L’absence de nécessité de rafraichissement des pages, qui permet d’avoir une expérience sonore non fragmentée. De plus, depuis l’apparition du langage actionscript 3, le contrôle du son est bien plus souple et permet des expérimentations que la communauté des développeurs AS3/créateurs sonores attendait depuis longtemps (http://www.make-some-noise.info/) .
Si votre site fonctionne en html, vous pourrez bien sûr incorporer divers players (quicktime, windows media player, etc), mais chaque rafraichissement de page interrompra inévitablement l’expérience sonore. Notez l’existence d’une librairie Javascript, « sound manager 2 » (http://www.schillmania.com/content/projects/soundmanager2/) qui utilise un player flash de manière transparente pour un contrôle avancé du son sur les sites html/javascript.

8) Optimiser les temps de chargement en favorisant les tâches de fond

Un des préjugés négatifs du son sur le Web les plus courants : l’alourdissement des temps de chargement. Effectivement, un son stéréo de bonne qualité, même compressé en mp3, nécessite toujours un temps de chargement non négligeable. C’est pourquoi il faut éviter à tout prix de charger l’ensemble des sons au lancement du site mais de charger uniquement ceux qui seront utilisés immédiatement (les sons d’interface par exemple), puis de charger les autres en tâche de fond. Une librairie actionscript 3 comme Masapi(http://code.google.com/p/masapi/), développée par Cédric Tabin, permet de gérer relativement facilement et finement ce type de chargement de masse, sans conséquence sur la fluidité de la navigation côté utilisateur.

9) Mettez le son au service de l’expérience utilisateur :

Le son peut être un atout dans la qualité d’une interface homme machine : indiquer une zone cliquable ; notifier la prise en compte d’une action utilisateur ; signaler une erreur ; représenter par le son un processus temporel (chargement, requêtes…) ou toute information dont l’appréhension sur le plan sonore comporte des avantages (variations rapides des valeurs, monopolisation de la vue pour une autre tâche…). Ces aspects, traduits de manière adaptée et non-intrusive sur le plan sonore participent à l’amélioration de la performance dans l’utilisation d’un système.
Il faut cependant veiller à ne jamais faire passer des informations essentielles uniquement par le biais du son, afin que l’internaute qui n’est pas dans une situation d’écoute pour diverses raisons (absence de système de diffusion, volume à zéro) puisse en être également averti.

10) Faites appel à un designer sonore ayant l’expérience des spécificités et contraintes du Web :

Si de nombreuses personnes se présentent sous l’intitulé (séduisant) de « designer sonore », il n’est pas certain que n’importe lequel d’entre eux vous donne satisfaction dans le cadre d’un projet multimédia. Que ce soit sur le plan artistique ou technique, les compétences des acteurs de cette discipline sont très diverses. Afin de vous y retrouver, écoutez bien sûr les créations des prestataires mais tentez également d’évaluer leur familiarité avec l’environnement Web : la connaissance des contraintes techniques, la conscience de la spécificité de l’écriture interactive, la capacité à échanger avec des développeurs sur les stratégies d’intégration seront des compétences déterminantes dans le choix de votre prestataire et dans la réussite de l’aspect sonore de votre projet.
Publicités
Posted in: Faire, Manifeste, Web